13
Jui

Projet LAUBAMAC


« Consolider les filières et bâtisseurs en pierre sèches sur le territoire des Causses et Cévennes »

Le territoire interrégional des Causses et des Cévennes comprend la plus grande concentration de toitures en lauzes de France et porte une démarche phare au niveau national concernant les ouvrages en pierre sèche. Ce territoire compte les derniers départements français où des artisans vivent du travail d’extraction, de taille et de pose de la lauze de pierre calcaire et schiste comme matériau de couverture. C’est aussi le territoire où est né le processus de professionnalisation des savoir-faire des bâtisseurs en pierre sèche, appelés également muraillers.

Le comité du patrimoine mondial a reconnu au territoire des Causses et des Cévennes la valeur universelle de ses paysages liés à l’agropastoralisme, en l’inscrivant sur la liste du patrimoine mondial de l’Unesco, à Paris le 28 juin 2011. A cet égard, les savoir-faire de la lauze calcaire et de schiste et des ouvrages en pierre sèche sont considérés depuis lors comme un des attributs essentiels du bien inscrit pour la conservation et la valorisation des paysages agro-pastoraux.

Les Causses et les Cévennes ont vocation à devenir le « territoire pilote » d'expérimentation et d'innovation pour valoriser l'implication des artisans, la dynamique inter-associative et la rencontre de filières complémentaires. Plusieurs actions sont prévus dans ce projet pour soutenir et développer ces filières leur permettant de s’ouvrir vers d’autres territoires du massif qui sont demandeurs et permettant ainsi d’impulser et de renforcer une dynamique interprofessionnelle sur le territoire du massif.

 

Informations complémentaires

Thèse sur le projet LAUBAMAC

Sujet : Approvisionnement en matériau local de lauze calcaire en garantissant sa non gélivité à l’échelle du Massif Central

La lauze calcaire est utilisée pour les toitures dans de nombreuses régions de France, notamment dans le territoire interrégional des Causses et des Cévennes, où il subsiste un patrimoine architectural d’exception et unique à préserver. Cependant la filière artisanales locales d’extraction, de taille et de pose de ce matériaux rencontre des difficultés du fait de la pénurie du lauze qui serait certifié non gélif.

Cette thèse a pour objectifs de pérenniser la ressource en lauze calcaire (en qualité et quantité). Elle débutera par une étude des mécanismes de gel/dégel sur la lauze  calcaire, en mettant en relation les différents paramètres mécaniques, pétrophysiques et minéralogiques des roches. Une méthode plus opérationnelle pour pouvoir diagnostiquer après extraction les lauzes gélives sera ensuite proposée. Enfin  grâce  à une méthode multicritère (géologie, impacts paysagers et environnementaux, étude foncière, caractérisation des lauzes potentielles, …), il sera élaboré une cartographie des gisements de lauze non gélive à l’échelle du Massif Central.