La Recherche au Centre

Deux thematiques de recherche

Le Centre de recherche LGEI,  a orienté sa recherche vers le développement de techniques et procédures alternatives adaptées aux besoins industriels et de la société. Ce positionnement permet de travailler, d’une part, sur la proposition d’outils de caractérisation des milieux et de prédiction d’évolution ou de risques et, d’autre part, sur le développement de techniques de traitement, effluents et des déchets et de prévention d’accidents majeurs.

Eau , Ressources et Territoire - E.R.T.

Présentation générale

L’équipe ERT « Eau, Ressources, Territoires » s’intéresse à l’eau continentale comme facteur fondamental de développement des sociétés. L’équipe aborde, comme thème principal, l’eau : ressource ou danger pour les sociétés humaines.

Au 1er janvier 2021, les personnels d’ERT intègrent l’UMR HydroSciences Montpellier pour la composante recherche de leur activité, dans les équipes ContEm (Contaminants Emergents), HEC (Hydrologie, Ecohydrologie, Climat), Hytake (HYdrogéologie et Transferts dans les Aquifères Karstiques et hétérogènEs), PEnSTer (Pollutions Environnement Santé Territoires), et Physe (Pathogènes Hydriques Santé Environnement).

La qualité des actions entreprises dans le champ des objectifs de développement durable de l’UNESCO par l’équipe ERT, en relation avec ses partenaires industriels, publics, associatifs académiques, a permis à IMT Mines Alès de figurer à la 47° place du classement THE 2020 des établissements d’enseignement supérieur, pour ses actions correspondant à l’objectif de développement durable n°6 des Nations Unies : « Eau propre et assainissement »

Dans le domaine de l’eau et de l’environnement, plusieurs projets de recherche ont été montés via des doctorats en co-tutelle avec des pays au sud, et prennent pour objet de recherches diverses situations environnementales de ces pays : Turquie, Cote d’Ivoire, Niger…

Thèmes / objectifs de recherche

Les thèmes de recherche de l’équipe sont les suivants :

  • Développements méthodologiques en écologie territoriale et en Analyse de Cycle de Vie (ACV) territorialisée

    • Objectifs : Comprendre les interactions entre activités humaines et environnement cristallisées autour des cours d’eau, pour mettre en capacité les acteurs locaux à adapter leurs stratégies de développement territorial en adéquation avec les conditions environnementales locales.
    • Verrous :  Intégrer sciences de l’environnement (analyse quantitative des flux, substances, impacts) et sciences humaines et sociales (analyse qualitative des jeux d’acteurs, représentations territoriales) pour évaluer les impacts et la résilience des trajectoires territoriales.
  • Développements méthodologiques en diagnostic environnemental : caractérisation de la contamination des eaux de surface et de consommation humaine
  • Développements méthodologiques en intelligence artificielle et deep learning au service de l’hydro(géo)logie et études des évènements extrêmes
  • Développements méthodologiques en virologie.

Etude des Risques et Qualité de l'Air - EUREQUA.

Les objectifs de l'équipe s'intègrent dans une démarche de prévention, de protection et de gestion de crise, dans le cadre d'accident majeur ou de catastrophe naturelle. Ils recouvrent l'étude des paramètres qui conduisent à la situation catastrophique, l'évaluation des conséquences en situation de crise et la proposition de solutions pour limiter les impacts sur l'homme et l'environnement.

Ses problématiques de recherche sont axées tournent surla gestion du risque un aspect scientifique et méthodologique avec la modélisation de phénomènes comme la dispersion de gaz toxiques, la dispersion aquatique accidentelle de polluants, l'incendie, la maîtrise de l'urbanisation autour des sites à risques, les risques liés aux transport de marchandises dangereuses, les inondations et les feux de forêts

Un aspect expérimental avec la réalisation d'essais sur le terrain et en laboratoire portant par exemple sur la dispersion de gaz industriels avec mise en place de dispositifs de protection (rideaux d'eau ascendants ou descendants), le rejet de traceur dans un canal d'adduction d'eau, l'étude de la capacité de l'infiltration des eaux dans un sol etc. Plus précisément, dans le domaine des risques industriels, les actions réalisées sont:

  • la modélisation déterministe et probabiliste des phénomènes et des conséquences des accidents majeurs (incendie, explosion, dispersion) avec le développement d'outils de calcul de distances d'effets.
  • l' évaluation de l'efficacité des systèmes de protection par l'étude de dispositifs ou existant tels que les rideaux d'eau descendants ou les lances queues de paon (utilisé par les sapeurs-pompiers).
  • l'étude et la cartographie de la vulnérabilité de l'homme et l'environnement permettant la hiérarchisation des cibles exposées à un scénario accidentel (dans le cadre de la maîtrise de l'urbanisation autour des sites à risques) .

Dans la partie risques naturels, les démarches proposées sont:

  • l'étude de l'aléa , dans le but de développer et d'optimiser des outils opérationnels de prévision des phénomènes (feux de forêts et inondations). Cet axe de recherche s'effectue en collaboration avec les principales institutions concernées tels que les Service de Prévision de Crue et le SCHAPI (Service Central Hydrométéorologique pour la prévision des Inondations)
  • l'évaluation de la vulnérabilité, et plus précisément sur la relation entre l' alerte et la réaction des acteurs vis-à-vis de cette alerte. Ces recherches sont menées en relation avec les acteurs concernés, à savoir entre autre, les SDIS, la DIREN, collectivités locales, etc.
  • l'utilisation des Systèmes d'Information Géographique, et leurs rôles dans la gestion de crise . Ce thème transversal permet d'alimenter les recherches des deux précédents, les SIG étant en effet un outil fondamental pour la gestion de crise. D'autres possibilités d'utilisation de ces systèmes d'information sont également envisagées, notamment dans le domaine de la culture et de la mémoire du risque (gestion du retour d'expérience suite à une catastrophe naturelle par exemple)

Une équipe forte de ses 20 ans d'expérience dans:

  • la dépollution des rejets malodorants, par des procédés originaux biologiques et ou physico-chimiques d'adsorption ou en combinant les techniques (bio-adsorption)
  • la détection et l'analyse spécifique de Composés Organiques Volatils en faible quantité dans l'air (GC: Chromatographie en phase gazeuse, SPME: Solid Phase Micro Extraction)